Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan) Empty When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan)

le Lun 6 Avr 2015 - 8:34



Aidan & Raph
Michelle Goodrich wrote :"I'm sorry' won't fix what's been broken.  It can't reverse time or undo the damage or change anything that happened"

J
e ne sais pas vraiment combien de jours exactement se sont écoulés depuis le baiser fatidique avec Aidan, ce baiser qui a signé la fin d'une amitié prometteuse, le début d'une nouvelle vie pour moi, petit à petit. J'ai l'impression que cela fait des années que nous nous sommes cachés dans ce buisson pour échapper aux pierres jetées par des jeunes guetteurs que nous avions effrayés, des années que ce rire a envahi ma gorge, sensation nouvelle et grisante. J'ai l'impression que ce baiser enflammé qui a tout changé pour moi date d'il y a des années, que je n'étais pas le même homme, pourtant il me hante encore chaque jour et chaque nuit. Je ne suis pas amoureux d'Aidan....enfin je ne crois pas ? Bizarrement le visage qui me hante n'est pas le sien, c'est celui de ce terrien que j'ai frappé. Mais la sensation qui me réveille chaque nuit n'est plus la botte de mon père frappant mon torse mais les lèvres d'Aidan découvrant les miennes, nos langues se mêlant dans un combat mortel, sa peau contre la mienne, et je me réveille toujours au moment où je me suis enfui, sans jamais savoir ce qui aurait pu arriver.
Sans doute parce que j'en sais trop peu pour pouvoir l'imaginer et le rêver. Trop puceau pour pouvoir fantasmer, l'ironie parfaite, la torture ultime.

Ce matin je me suis levé à l'aube, j'ai dormi presque 5 heures en tout, un record, petit à petit mes nuits s'allongent, mais je n'ai pas encore vaincu tous mes démons, loin de là. Je caresse parfois l'idée de parler à ceux d'en haut, de leur dire la vérité sur moi, après tout mes crimes m'ont été pardonnés quand ils m'ont foutu sur cette navette vers la mort, celui de ma naissance devrait l'être aussi, me croiraient-ils ? Iraient-ils éjecter mes parents adoptifs et génétiques ? Je ne sais pas, je n'aurais aucun moyen de le savoir, la mort de mon bourreau si elle n'est pas de ma main saura-t-elle me libérer de son emprise ?

Je suis allé m’entraîner à l'écart du camp, non pas que cela me dérange de le faire dans le camp, plus maintenant, je ne suis plus si ridicule dans mes mouvements, grâce à Logan j'ai appris quelques mouvements de défense et j'ai renforcé mes muscles qui en avaient bien besoin, j'ai une silhouette moins rachitique qu'auparavant, peut être parce que je mange enfin de façon régulière.

Quand je termine mon entrainement le soleil est déjà haut dans le ciel et je reste assis sur un rocher à rêvasser, profitant de la caresse tiède des rayons lumineux sur ma peau trop pâle. J'esquisse même un sourire, et puis je prends ma décision. Je ne sais pas exactement combien de temps s'est écoulé depuis le baiser mais je sais que cela fait plus de 3 mois. Le campement est petit je ne peux pas éviter Aidan éternellement dans un espace aussi restreint, il est temps que j'assume mes actes.

Je me dirige vers le campement, bien décidé à lui parler quand je l'aperçois qui passe la porte principale. Je le suis de loin jusqu'à ce qu'on soit hors de vue du campement, de telles excuses nécessitent un peu d'intimité après tout, puis je l'interpelle, timidement, ma détermination fondant comme neige au soleil maintenant que je le vois devant moi, toujours aussi sexy et probablement toujours aussi blessé par mes actions inexcusables.
    

▬ " Aidan !? Tu aurais une minute ?"».

Je regrette les mots dès qu'ils sortent de ma bouche, je ne suis pas prêt, j'ai peur, peur de sa réaction. C'était facile de m'excuser auprès de Bly ou d'Alex, je me fichais qu'ils me pardonnent ou pas, le terrien sur l'instant 'était pareil, même si ensuite j'ai appris à le connaitre. Mais Aidan....Aidan j'aimerais qu'il me pardonne, j'aimerais retrouver l'ami que j'ai eu pendant quelques instants, l'ami avec qui j'ai partagé l'unique fou rire de ma vie.





Invité
Invité
Anonymous

When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan) Empty Re: When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan)

le Lun 6 Avr 2015 - 12:00

F aire le bilan d'ta vie? C'est pas le genre de truc facile avec tout ce qu'il se passe ici. Les attaques, les disparitions, les perte, le froid, le manque de nourriture, si le confort n'est pas au rendez vous et que le moral des troupes s'affaisse on peut dire que ça joue pas mal sur les relations avec les autres. Les tensions foutent un bordel monstre dans ta life et tu n'sais plus ce que tu va faire. Ouais mais vie c'est un peu ça, un gros merdier. Comme tout les matins depuis plusieurs jours je me lève avec ma gueule de bois, ma meilleure amie et ma compagne fidèle. Fare croire à Solel -qui n'est pas dupe- que tout va bien, c'est épuisant, mais le truc c'est qu'il est sympa, il me laisse digérer, encaisser et... il a d'autres soucis lui aussi. Si je ne le trouve pas aujourd'hui, je ne cherche pas non plus à forcer la rencontre, hier encore je l'ai vu partager un peu de son temps avec la petite.. les choses changent, les choses évoluent et je lui laisse le temps de changer d'avis concernant la jeune enfant, concernant le secret qu'il m'a confié il y a  peu. Luka? Alors lui je l'évite à mort, pas envie de tomber sur sa gueule d'hypocrite ni de le voir roucouler avec Milaan. Rien que l'idée me file la gerbe et ça n'a rien à voir avec la cuite ni même une question d'orientation sexuelle. Ce qui me dérangeait tant avant, me passe maintenant au dessus de la tête... Peut être parce que j'ai commencé à me faire à cette idée ou peut être parce que la déprime qui me gagne est bien plus dérangeante que tout cela. Si je m'enfonce dans les bois c'est juste parce que sortir du camp me fera échapper aux regards curieux, aux moqueries ou aux mots désobligeants concernant mon comportement pathétique de ces derniers temps. La plaie est encore ouverte et ils ne peuvent pas comprendre...

Mes pas craquent dans la neige et le retour du soleil depuis quelques jours me redonne espoir de jours meilleurs, Sur le plan métaphorique je n'en attends pas autant, mais si déja notre confort s'améliore ça appaisera peut être toutes ces tensions. Ou étais je en train d'aller? Je l'ignore, pas très loin d'ici, crever dans les bois n'est pas mon objectif du jour, mais simplement m'isoler. La tête ailleurs et le regard vide je n'entend pas ces pas qui me suivent et c'est ta voix qui me sors de ma torpeur.   " Aidan !? Tu aurais une minute ?"» Je fais volte face, pour tomber sur le jeune Raphael, enfin le jeune... je suis a peu près certain que mon comportement est nettement moins mature que le siens pour le coup. Inclinant la tête sur le coté je te dévoile mon visage aux traits tirés, un regard rougis et cerné d'une peau bleuté signe de mes nuits agitées et du manque de sommeil. Je croise les bras contre ma poitrine en soupirant longuement, ne cherchant pas le conflit, ni même la discussion. Si j'aurais pu te menacer bien avant de ne rien dire, ton comportement m'avait fait comprendre que c'était inutile, je sais que tu crèves d'envie que personne ne le découvre. Si je suis blessé? Non pas vraiment, à vrai dire tout ça ne m'importe peu, j'ai finis par passer l'éponge sur ces interrogations futiles et accepter c'que je suis. A quoi bon s'épuiser à lutter de toute façon, ça mène à rien pire encore ça t'a fait perdre Luka. " ça dépend pourquoi..."» soupirais je sans véritablement forcer le ton de l'humour, fait croire que j'ai aussi perdu l'envie de jouer au comique. Je m'adosse à un arbre en examinant ta silhouette " j'suis crevé alors si tu pouvais éviter une séance bucheron de l'extrême ou combat d'la foret ça m'arrangerais..."» je lève mon indexe et poursuis   " aah et pas de longue leçon d'moral non plus, ma migraine en serait hyper soulagée.» Tu t'attendais pas à ça pas vrai? Tu aurais p'tet préferé que je te cogne ou cherche les grandes explications? Mais que viens tu me demander Raphael? Je t'avoue que ça pique ma curiosité.
Invité
Invité
Anonymous

When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan) Empty Re: When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan)

le Lun 6 Avr 2015 - 12:48



Aidan & Raph
Michelle Goodrich wrote :"I'm sorry' won't fix what's been broken.  It can't reverse time or undo the damage or change anything that happened"

J
e l'interpelle et il se retourne, s'adossant à un arbre pour mieux me regarder m'approcher, il ne semble pas avoir très envie de discuter et quand je suis assez proche pour voir son visage je comprends pourquoi. Ses traits sont tirés, marqués par le manque de sommeil et l'abus d'alcool, il est méconnaissable. Je l'observe un instant, sans voix, mes excuses me semblent soudain pathétiques face à son visage émacié et fermé.

Il me demande d'éviter la leçon de morale, rapport à sa migraine, je soupire légèrement, me demandant ce qui l'a mis dans cet état, ce serait hautement arrogant de ma part de penser que c'est notre baiser qui est la cause de ses insomnies, l'idée d'ailleurs ne me traverse pas, ou alors c'est une des causes parmi d'autres, ou l'élément déclencheur d'autres problèmes.... J'ai bon dos mais sur ce coup je ne peux pas prendre tout le blâme, il y a forcément autre chose, non ?
    

▬ " Euh...Je...Ca va ? T'as franchement une sale mine....."».

Oui bon ça ressemble pas tellement à des excuses, et pour cause, mais si je veux être son ami peut être que je peux commencer par me comporter  comme tel et lui proposer une oreille attentive est donc plus important et plus urgent que de soulager ma conscience avec des excuses, si sincères soient-elles.

Je m'adosse à un arbre proche de lui et l'observe, mains dans les poches, sourire aimable, ou du moins je crois, sur le visage. Je suis inquiet pour lui...Merde j'avais jamais ressenti ça avant, me soucier des émotions de quelqu'un d'autre, ça fait bizarre, je sais pas trop comment l'expliquer, mais c'est bizarre. Ces derniers temps cela dit plein de choses me font bizarre, plein de choses sont nouvelles, c'est comme si soudain, à 21 ans passé, je découvrais la vie. Peut être parce que je la découvre sous un jour nouveau depuis que je cesse de tout faire tourner autour de moi et de mes problèmes, depuis que je m'accepte tel que je suis, ou du moins que j'essaye, depuis que mes insomnies se sont un peu arrangées ou que je m’entraîne et lutte contre mes démons, depuis que j'ai un ami....Tout a changé depuis ce baiser fatidique et d'une certaine façon tout est lié. Un regard extérieur aurait pu penser que ma rencontre avec Logan était le déclencheur, mais la vérité c'est que sans l'électrochoc de ce baiser je n'aurais pas parlé à Logan, je l'aurais laissé arborer ses cicatrices devant tout le monde sans lui dire de faire attention aux commères. C'est ce baiser qui m'a permis de remonter la pente, peut être parce que j'avais besoin de toucher le fond, ce que j'ai fait quand je me suis enfui en courant face à des sensations bien trop puissantes pour moi.

J'ajoute à l'attention d'Aidan, parce que ma question vient un peu comme un cheveu sur la soupe et que mon entrée en matière est franchement pourrave quand même, après 3 mois passés à l'éviter mes premiers mots sont pour dire qu'il a une tronche de déterré...Certes c'est le cas mais il doit y avoir d'autres façons de dire ça.
    

▬ " J'venais pas pour ça mais....T'as l'air d'avoir besoin d'un ami et....Si j'avais pas été un imbécile et un connard c'est ce qu'on pourrait être, non ? "».

Décidément des fois je ferais mieux de me taire, mais les mots sortent de ma bouche sans passer par la case cerveau, je m'y prends comme un pied mais au moins c'est sincère, c'est déjà pas mal, non ? Pas sur que ce soit suffisant cela dit.





Invité
Invité
Anonymous

When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan) Empty Re: When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan)

le Lun 6 Avr 2015 - 19:48

T u te rapproches et je te dévisage avec interrogation, je ne retrouve pas cet air provocateur sur ton visage, ni l'ennui que tu voudrais tromper par une provocation ou un sale coup. On dirait presque que tu voudrais taper causette. T'es étrange kiddo tu sais? ça fait plusieurs fois qu'on se croise et soit on discute soit ça part en vrille... j'ignore ce que tu m'veux mais je ne suis pas d'humeur.   " merci..." soupirais je d'un ton las, saisis le sacarsme mec, je sais bien que ton compliment n'en est pas un... Mais qu'est c'que tu veux que je te dise? Que ça va pas? Que je vire dépressif? Pourquoi j'te dirais ça? Si j'évite Solel ces derniers temps c'est pour justement éviter de le bassiner avec mes soucis. Mon regard s'échappe quelques instants à travers le paysage avant de se reposer sur toi. Euh dure pourquoi tu me fixes comme ça? Vas y craches ta valda! " J'venais pas pour ça mais....T'as l'air d'avoir besoin d'un ami et....Si j'avais pas été un imbécile et un connard c'est ce qu'on pourrait être, non ?" Sérieusement? J'ai l'air si pathétique que ça pour que même toi tu me propose une épaule sur laquelle m'appuyer? Je ne retiens pas ce soupire las ni ces simples mots:   j'ai déjà un ami" Mais tu m'intrigues et repousser les gens me fatigue également. C'est p'tet le moment de casser un peu al routine monotone et profiter de ta venue pour faire tout autre chose. Je me redresse décollant mon dos du tronc pour ajouter avec une pointe de malice étirant le coin de mes lèvres "j'suis un imbécile et un connard... alors p'tet qu'on pourrait faire la paire pour une balade... euh j'sais pas ou..." je balance ma main dans les airs dans la direction des bois avant de t'adresser un demi sourire. "t'attends de prendre racine? nan parce que toi t'as la gueule de quelqu'un qui veut m'demander quelque chose ou qui cherche à chasser sa culpabilité!" je balance ma main dans un geste désinvolte. "whatever, y'a rien de mieux à foutre dans ce campement aujourd'hui alors... ça nous occupera!" ajoutais je en ouvrant la marche en direction du bois. OU on va? Ce qu'on va faire? Ce qu'on va se raconter? J'en sais fichetrement rien, mais peu importe ça change de la depression de tout les jours, ça change des tensions qui jalonnent ce camp et ça change de ces frissons qui glacent un peu plus ton corps parce que la température n'a toujours pas décidé de se radoucir.
Invité
Invité
Anonymous

When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan) Empty Re: When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan)

le Lun 6 Avr 2015 - 20:14



Aidan & Raph
Michelle Goodrich wrote :"I'm sorry' won't fix what's been broken.  It can't reverse time or undo the damage or change anything that happened"

I
l soupire et les mots lui échappent, il a déjà un ami....Bon ben au moins ça c'est dit, je me redresse, délaissant le tronc qui me soutient, prêt à m'en aller puisqu'il ne veut pas de moi. Mais je n'ai pas le temps de faire un pas qu'il reprend, connard c'est un mot qu'il connait bien alors on pourrait peut être faire la paire pour une balade....C'est pas vraiment ce que j'avais en tête au départ, voire pas du tout mais c'est une idée sympa et puis le campement en ce moment c'est l'enfer, tout le monde se prend la tête pour un oui ou pour un non, la promiscuité et les histoires de coeur et de cul ont tourné la tête de quasiment tout le monde, la doctoresse blonde, la muette et pis le séducteur de service sont tous dépressifs, le chevelu a disparu, les autres j'ai pas tout suivi mais à priori ça castagne régulièrement et souvent sans aucune raison...Bref tout le monde est sur les nerfs et comme j'y suis pour rien je trouve pas ça si drôle que ça en fait.

Aidan a raison y a pas vraiment mieux à faire au campement, je me redresse donc totalement et lui emboîte le pas
    

▬ " J'venais te présenter mes excuses, mais j'ai pas l'impression que ce soit le moment.... Alors on peut parler d'autre chose, n'importe quoi, histoire de tuer le temps.  "».

Dommage qu'il n'ait pas la "guitare" que je lui ai fabriqué, on aurait chanté comme deux hippies au coin d'un feu imaginaire. Je sais pas ce qu'il en a fait d'ailleurs ? L'a-t-il jetée ? Cassée ? Probablement, il aurait eu raison de le faire vu la façon dont les choses se sont passées entre nous.

Je l'observe à la dérobée, j'entrevois l'ombre de ce sourire moqueur qui m'attirait tant mais l'Aidan d'aujourd'hui n'est plus si sexy, il sonne faux, semble brisé. J'ai proposé mon oreille attentive, entre connards je ne vais certainement pas le juger, mais je ne vais pas non plus insister, Milaan a fait ça avec moi au sujet de mon passé et ça m'a surtout donné envie de lui écraser sa face contre un mur, j'ai pas envie d'être comme lui, à me mêler de ce qui me regarde pas.

On marche d'un pas vif, pas qu'on soit pressés, on ne va nul part de toute façon, mais il ne fait pas encore chaud et marcher nous permet d'y remédier, et puis ça évite de trop se regarder, de trop s'arrêter sur ce que l'on vit, ce que l'on pense, comme si en avançant dans les bois on avançait aussi dans nos têtes, métaphore physique qui nous donnait l'illusion d'aller bien. Le soleil brille et les oiseaux chantent, ça pourrait être une belle journée, ça l'est sans doute pour d'autres, mais quand on est hanté par l'insomnie aucune journée ne peut être belle.




Invité
Invité
Anonymous

When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan) Empty Re: When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan)

le Sam 11 Avr 2015 - 12:52

J  e me stoppe un instant, dans ma marche, le masque de la désinvolture se voile quelques instants pour laisser apparaitre un regard interrogatif et un fin sourire à tes mots. Des excuses trois mois plus tard? Une provocation que j'aurais pu balancer en publique, mais là ici, maintenant à quoi bon blesser pour se protéger? Il faudrait être aveugle pour ne pas voir à quel point je suis fané... L'ombre d'un espoir s'anime au fond de mon regard, s je ne suis pas aussi proche de toi que de mon double cosmique Solel, je sens une chaleur réconfortante en ta présence. Quelque chose de bénéfique qui mériterait certainement des efforts de ma part. Ai je la force et l'envie d'en faire? ça c'est une autre histoire, mais comme je disais à Moon', bats toi... peut être était il temps d'appliquer mes conseils sur ma petite personne right? Quelques instants dans le silence, pour unique mélodie le bruit de nos respirations et de nos pas craquant sur le sol gelé je décide de briser le silence. « -tu regrettes?» quoi Aidan? Qu'es tu en train de lui demander? S'il regrette ce qu'il c'est passé ou la fuite? Peut importe, inutile de forcer les choses, je sais parfaitement ce que cela fait lorsque l'on tente de vous contraindre. Il faut juste.... finir par accepter les choses telles qu'elles sont, finir par accepter qui on est... Et je commence à peine à le comprendre, bien qu'ayant tenu ce discours toute ma vie, je ne faisais que de me mentir à moi même. Un rire léger nait à la découverte de  ton air surpris, je ne peux m'empêcher de balancer ma main en arrière avec désinvolture. « -j'vais t'montrer quelque chose...» lançais je en pointant la direction derrière les rochers. La cascade et ces scultures en glaces, le bruit de l'eau mis en sourdine par la couch épaisse qui recouvre le ruisseau et la mousse généreuse de ces bords. Un spectacle simple, pur et magnifique. J'attrappe ton poignet te menant dans le chemin escarpé pour descendre jusqu'aux rives et finis par prendre place sur un rocher, te faisant signe de t'asseoir. « -avec tout c'qui c'est passé ces derniers temps... j'aimais le calme de cet endroit...» je ferme les yeux en prenant une profonde inspiration appréciant l'instant quelques secondes avant de te jeter un coup d'oeil.   « -j'en voulais au monde entier.... de ce qu'ils n'étaient pas responsables... et puis j'ai finis par comprendre...» ma main posé sur le rocher entre nous je pivote légerement pour mieux te regarder. « -que c'est comme fermer les yeux devant ce sublime spectacle et accuser un autre de t'avoir bandé les yeux....» est ce que je suis en train de te faire comprendre mes peur, mes doutes et tout ce qui m'animait? Probablement, parce qu'au fond je sais, je le sais que tu les a partagé, que tu peux le comprendre. Et peut être que c'est plus facile de le faire, de le dire par des chemins détournés. « -je sais même plus combien d'fois j'ai voulu t'éclater la gueule en fait... pour des raisons differentes.. au début c'était pour t'être barré avant que je ne puisse le faire, après c'était pour te menacer de rien dire a personne ensuite j'avais juste les nerfs en pelotte, apres pffiou jme souviens même plus de toutes les excuses bidons que j'me suis servi....» je roule des yeux et secoue la tête de gauche à droite « -ll m'a fallu un peu d'temps... pour me rendre compte que j'étais pas en colère contre toi, ni contre les autres.. mais juste contre moi... stupide right?» Un rire s'échappe de mes lèvres et je pose mon regard sur le ruisseau en partie gêlé, me penchant en arrière pour poser mes coudes et mes avants bras sur le rocher glacé. « -pas b'soin de t'excuser... t'as eu une récation.. humaine.. ce qui nous differencie des animaux et que bon nombre d'entre nous devraient prendre en compte...»  
Invité
Invité
Anonymous

When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan) Empty Re: When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan)

le Sam 11 Avr 2015 - 23:03



Aidan & Raph
Michelle Goodrich wrote :"I'm sorry' won't fix what's been broken.  It can't reverse time or undo the damage or change anything that happened"

S
a question me prend de court. C'est con, je me la pose à moi-même chaque jour, chaque minute même pour être honnête, depuis ce baiser, depuis cette fuite. Est-ce que je regrette ? Et surtout qu'est-ce que je regrette, le baiser ou la fuite ? Si je pouvais recommencer cette journée qu'est-ce que je changerais ? Je partirais après le fou rire qui m'avait laissé pantelant et pantois, étonné de découvrir que je savais rire, je laisserais le baiser évoluer vers une étreinte passionnée ? Je ne le laisserais pas me convaincre de lui pardonner les mots si durs qu'il a prononcé le soir de Noël ? Si je pouvais tout recommencer, quelle partie je changerais ? Tout, rien, si peu que ce serait anecdotique, seulement la fin ?

Je hausse les épaules en réponse, sa question me torture depuis des mois, l'entendre de sa bouche n'y change rien, je n'ai pas la réponse, je doute de l'avoir un jour. Je ne sais pas ce que je regrette, ni même si je regrette, je sais juste que mon comportement était inapproprié et mérite des excuses, on  n'embrasse pas les gens sans prévenir, c'est peut être romantique dans les contes de fées mais en vrai c'est juste flippant et agressif, surtout si c'est pour s'enfuir ensuite comme un voleur et éviter la personne durant trois longs mois.

Il rit et m’entraîne à sa suite pour me montrer quelque chose, je ne peux retenir un sourire, comme si tout était effacé, comme si nous étions revenu à ce fou rire si simple, si naturel, que nous avions partagé autour d'une (mauvaise) blague.

Il m’entraîne sur des sentiers escarpés vers la rivière et ses cascades, un endroit un peu reculé que je ne connais pas, nous nous installons sur les rochers, il ferme les yeux, il parle et j'écoute attentivement, bercé par le son de sa voix, je ne m'attendais pas à ça, cela semble si simple de s'excuser, je me sens con d'avoir craint ce moment, d'avoir attendu si longtemps.

Mais il revient sur le sujet, il voulait me frapper, j'esquisse un sourire amusé et offre mon visage au timide soleil hivernal, fermant les yeux avant de répondre
    

▬ "J'ai bien fait de t'éviter alors....Pour tout te dire j't'aurais bien cassé la figure aussi...Mais j'étais pas vraiment sur de gagner... D'autant que quelques jours après je me suis fait attraper par le brouillard acide, j'ai passé 2 semaines coincé à l'infirmerie à prier pour que tu m'y vois pas...Et à gémir de douleur de façon totalement virile.  "».

Je grimace à ces souvenirs, sur le moment avec l'adrénaline et la gamine qui semblait mal en point, plus que moi je croyais, j'avais eu l'impression que ce n'était pas bien grave mais j'ai désormais de magnifiques cicatrices et certains mouvements, trois mois après, me rappellent encore qu'une bonne partie de la peau de mon dos est toute neuve. Le brouillard acide est une sacrée saloperie, j'avais échappé à la pluie en automne mais le brouillard hivernal ne m'avait pas raté.

J'ajoute, revenant à la conversation en tournant la tête vers Aidan, ouvrant les yeux à nouveau
    

▬ "Et si, je te dois des excuses, j'ai commis plus d'erreurs que ne devraient en compter 100 vies humaines alors je peux bien faire amende honorable pour celle-ci. "».

Même si je suis toujours pas bien capable de cerner quelle était l'erreur. D'ailleurs la première raison invoquée par Aidan pour me frapper était ma fuite et non le baiser, étonnamment. Parce qu'à force de revivre la scène encore et encore nuit après nuit et même jour après jours car les rêves éveillés ne m'ont pas laissé de répit j'ai bien fini par remarquer qu'il était aussi surpris que moi et pas forcément plus à l'aise que moi avec cette étreinte, il avait eu plus de courage voilà tout. Mais la première excuse que j'avais invoqué à mon désir de le frapper c'était le baiser qu'il m'avait rendu avec tant de fougue, ce n'est qu'après que je lui avais, hypocritement et avec une mauvaise foi assez hallucinante, de ne pas m'avoir retenu.





Invité
Invité
Anonymous

When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan) Empty Re: When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan)

le Dim 12 Avr 2015 - 11:12

C  'est dans un silence presque religieux que j'écoute les confessions qui tombent. Si tu m'arrache un sourire amusé lorsque tu évoques ce désir que tu avais de me refaire le portrait, c'est simplement parce que j'ai la sensation que toi et moi on est passé par les mêmes doutes, craintes et sentiments qui nous rongeaient de l'intérieure. Et que l'impuissance face à tout ça ne nous menait qu'a une unique conclusion: la colère. Lorsque tu évoques le brouillard acide et ton état de santé précaire je ne peux m'empêcher de détourner mon regard honteux vers le paysage à ma portée que le soleil fait briller. Un soupire franchissait mes lèvres alors que je retenais toute réponse à ce sujet. Lorsque tu insistes pour soulager ta conscience je ne peux m'empêcher d'hausser les épaules , les erreurs que l'on regrette? Crois moi je connais ça, je suis un sacré collectionneur de conneries. Le pire? C'est que je fais rarement expres d'en faire.... Mais passons. Un sourire malicieux étire mes lèvres alors que je tourne le visage pour te jauger du regard. « -right si t'insistes... m'enfin méfies toi quand même j'aurais pu profiter de la situation pour te demander un massage ou un repas bien chaud!» biensur que je ne suis pas sérieux, je suis pas un profiteur! Je secoue la tête de gauche à droite avant de me laisser tomber le dos contre le rocher, callant ma tête sur mes mains et fixant le ciel en silence. J'ignore combien de temps je suis resté ainsi mais je finis par briser le dilence apres t'avoir jeté un coup d'oeil rapide. « -j'le savais...» lançais je en attirant ton attention et attisant l'interrogation avant de préciser. « -je t'ai vu... à l'infirmerie... mais étant donné c'qu'il c'était passé... j'ai preferé laisser Hannah s'occuper de toi....» je ferme les yeux en prenant une profonde inspiration avant de rouler sur le flanc pour mieux te regarder.   « -bon ok en fait... j'avais aussi la trouille... ce qu'on peut être con et lâche parfois!» j'hausse une épaule « -et puis dans ton état une discussion ça aurait pas été l'pied....» j'ai honte d'avoir fait celui qui ne t'avais pas vu, qui t'ignorais alors que j'aurais pu prendre soin de toi... Mais quelque chose me dit que tu peux comprendre, qu'au fond de toi tu le sais, tu l'as ressentit, cette pression et cette honte qui te poussait à faire des choses dont tu n'étais pas fier.   « -du coup j'te dois des excuses aussi...» j'étire mon bras libre pour tendre ma main  vers toi   « -disons qu'on est quitte?» demandais je un peu pour me rassurer malgré mon attitude faussement détendue.
Invité
Invité
Anonymous

When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan) Empty Re: When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan)

le Lun 13 Avr 2015 - 19:01



Aidan & Raph
Michelle Goodrich wrote :"I'm sorry' won't fix what's been broken.  It can't reverse time or undo the damage or change anything that happened"

S
a menace m'arrache un sourire amusé, pas le fou rire de la dernière fois mais c'est un début, un retour vers cette complicité incompréhensible que je n'ai entrevu qu'avec lui. Je me tourne légèrement pour répondre d'un ton sec démenti par mon éternel sourire moqueur, étrangement sincère pour une fois
    

▬ "T'emballe pas, j'ai dit que j'étais désolé, pas que j'allais devenir ton esclave pour me faire pardonner. "».

Il y a des limites à tout et surtout à ma désolance, faut pas exagérer non plus, j'ai merdé, certes mais pas plus que lui au fond, surtout qu'il ajoute qu'il savait pour ma blessure, qu'il m'évitait aussi. Je présume que j'aurais du m'en douter cette infirmerie n'est pas grande, loin de là et vu l'état de mon dos et du pied de la gamine, si peu de temps après Noel et James, je présume que ça a du pas mal jaser. Faut dire que cette saleté de brouillard acide ressemble à n’importe quel brouillard jusqu'à ce qu'il te ronge la chair, et en plus il prévient pas avant d'arriver, bref un sacrée saleté, un truc qui fout la trouille l'air de rien parce que ça peut te tomber dessus sans que tu puisses t'en prémunir et ça, l'impuissance, c'est le pire. Du coup après Noel tout le monde était un peu effrayé mais ça allait, ils se sont dit que c'était exceptionnel et puis 3 jours plus tard re-belote et là la terreur a gagné du terrain. J'peux comprendre, ça m'a fait pareil, sauf que j'avais encore plus mal que peur, rapport à mon dos en compote.

Je finis par sourire à Aidan et prendre la main tendue pour la serrer, on a été ridicules tous les deux, c'est équitable au moins.
    

▬ " Une discussion à ce moment là aurait été....assez incohérente, Hannah m'a filé des plantes bizarres j'ai rien compris à ce qui m'arrivait. Je suis pas sur que je t'aurais reconnu. "».

A qui est-ce que je tente de faire croire ça ? Je reconnaîtrais ce sourire en coin entre mille, je pourrais reconnaître Aidan dans le noir et les yeux bandés à cette légère intonation sexy et moqueuse dans sa voix, ou de loin à sa démarche si particulière. Mais je ne vais pas lui dire ça, ça me fait ressembler à une midinette, déjà et puis, au fond, il m'attire, il est sexy mais celui qui hante mes pensées quand je ne pense pas avec mes parties intimes, c'est le terrien. Je ne sais pas trop pourquoi, il m'intrigue, j'aimerais e revoir. Aidan c'est différent, il m'attire physiquement mais je vois en lui un ami, voire un ami et plus si affinités, pas "l'homme de ma vie" -emphase sur les guillemets s'il vous plait hein, entendons-nous bien).
    

▬ " On est quittes oui."».

Je souris, rassuré de n'avoir pas perdu un de mes très rares amis, enfin un de mes trois amis en fait, ils sont vite comptés, Amy, Logan et Aidan. Ca ne fait pas lourd, n'est-ce pas ? Mais au moins ils sont triés sur le volet, et ils me supportent ce qui prouve....je sais pas, leur patience ou leur masochisme, au choix.

Je m'allonge sur le dos et ferme de nouveau les yeux, savourant la caresse du soleil, étonné de seulement m'en rendre compte, étonné de découvrir que la Terre est belle, pleine de merveilles, après 7 mois passés ici ou même un peu plus, j'ai pas compté, il était temps que je le réalise, non ? Je murmure, sans regarder Aidan, une offre de paix et de soutien sur laquelle je n'insiste pas
    

▬ " Entre connards imbéciles....Si t'as besoin d'parler de ce qui t'enlève le sommeil....T'hésite pas, proposition garantie sans jugement d'aucune sorte, promis. Je garantis pas l'absence de blague vaseuse par contre.... "».


Invité
Invité
Anonymous

When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan) Empty Re: When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan)

le Dim 26 Avr 2015 - 15:41

M  on sourire réapparait peu à peu au fil du temps passé en ta compagnie et je prend un air d'enfant boudeur, histoire de donner de l'ampleur à ma petite comédie: « -han naaan j'ai toujours rêvé d'avoir un esclave personnel! tu brises mes rêves tu sais?» finissant sur une note taquine accompagnée d'un clin d'oeil, je reprenais à peu pres mon sérieux nous entrainant vers le chemin du traité de paix. Finalement c'est cool certaines choses s'arrangent ma vie est p'tet pas si pourrie que ça après tout! Je m'autorise même un rire léger à l'évocation du traitement aux plantes t'imaginant avoir des hallu' et délirer. Note à moi même: fouiller dans les affaires d'Hannah pour trouver sa recette secrette d'une bonne défonce! Quuuuoi? C'est pas méchant mais ça peut servir hein! L'ambiance est détendue et peut être un peu trop, alors que tu me proposes ton oreille attentive et euh.. ton épaule pour chialer? C'est un truc dans le genre n'est ce pas? Tu sais que Solel a du donner beaucoup de sa personne et me travailler au corps pour obtenir des confessions? Euh... mauvaise métaphore, c'est pas vraiment ce qu'on peut penser bande de pervers! Je secoue la tête de gauche à droite et me redresse brusquement en agitant les bras   « -ouh la, ouh la doucement joli coeur, j'suis pas une gonzesse tu sais! Et puis si tu veux tout savoir, ça fait des années que je dors pas beaucoup la nuit... ça doit être une sorte de défaut de fabrication...» ou plutôt ces crises d'angoisses causées par une vie entière à renier ce que j'étais et ce que je ressentais.. aplifiées par mon p'tit séjour dans une cellule à bord du navire volant. Mais le truc, c'est qu'en croisant ton regard j'ai peur de t'avoir vexer, de tout gâcher à nouveau alors que la paix est prononcée. Et puis p'tet bien qu'au fond de moi j'ai bien besoin de me libérer de ce poids sans entendre que celui sur qui j'ai jeté mon dévolu est le pire con de la terre.. hein Solel? Je baisse les yeux un instant avant de fixer un point imaginaire droit devant moi en lâchant un long soupire.   « -ce que tu vas entendre risque de changer ta life à jamais mon grand!» je ferme les yeux en prenant une profonde inspiration bien que je me la joue décontracté.   « -j'ai l'coeur brisé... ouais moi Aidan Hellingway j'suppose que j'ai reçu ce que je méritais après des années à jouer avec les nennettes...» je balance ma main en l'air dans un geste désinvolte, ravalant ma peine parce que faut pas croire que je vais éclater en sanglots dans tes bras, nan.. je tiens au peu de dignité qui me reste. Une main appuyée sur le rocher, je me penche vers toi plaçant ma main libre près de ma bouche pour murmurer mon p'tit secret. « -et la cerise sur l'gateau? Le ragot croustillant? Bah c'est pas une fille qui est responsable!» Je lève les yeux au ciel avant de me laisser tomber sur le dos à tes côtés. « -j'croyais que l'importan c'éait que personne ne le sache, que j'arrive à renier tout ça mais en vrai? Bah tout ça c'est d'la connerie... faut juste se contenter de ce qu'on a et de c'qu'on est... mais le premier qui me traite de pédale je lui démonte la face, faut pas pousser non plus hein!» mon visage se tourne lentement pour observer le tien, ta réaction et puis si t'es choqué ou si t'as la gerbe, bah tu peux aussi aller te faire foutre, comme tout ces cons! Sauf qu'au fond, j'sais que ça tu pourras le comprendre et si tu me dis que je me trompe, bah c'est que tu te mens à toi même comme j'ai pu le faire pendant des années. Mon regard dérive sur ton corps et je me redresse légèrement en prenant appuie sur mon coude et mon avant bras, pinçant ton bicepc de ma main libre   « -eeeh mais c'est moi ou ta convalescence a fait pousser tes muscles? A moins qu"Hannah ait trouvé une recette secrette de stéroides!» lançais je d'un ton taquin pour alléger l'ambiance et rendre mes confessions chose futile.
Invité
Invité
Anonymous

When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan) Empty Re: When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan)

le Lun 4 Mai 2015 - 21:33



Aidan & Raph
Michelle Goodrich wrote :"I'm sorry' won't fix what's been broken.  It can't reverse time or undo the damage or change anything that happened"

J
e lui fais grâce d'un sourire amusé après sa remarque sur l'esclave, qui n'en a pas rêvé ? Ou qui nierait y avoir songé ? L'esclavage c'est mal, dans l'absolu, surement, parait en tout cas, mais bon quand on est le maître tout de suite le point de vue est différent. Et pis blague à part ça reste un fantasme courant, et pas que du coté maître à ce que j'ai entendu dire. Enfin après tout ces trucs bizarres j'ai jamais trop tenté, le sexe et moi c'est pas vraiment une grande histoire d'amour, forcément avec les mecs c'est monstrueux et avec les filles c'est pas totalement satisfaisant. Peut être, comme disait Amy que c'était parce que j'étais pas amoureux, ou peut être que c'était parce que j'étais pas moi-même, ou peut être que je suis juste pas franchement fait pour les relations humaines.... Va savoir, mais l'idée d'être l'esclave de quelqu'un, même Aidan et son sourire sexy, ça m'emballe pas plus que ça, même pour de faux, même pour le fantasme. Et pourtant des fantasmes avec Aidan depuis ce fameux baiser, j'en ai égrené quelques uns, qui malheureusement s'interrompent toujours quand ça devient sérieux, faute d'avoir assez de connaissance, d'imagination, ou de courage peut être, pour aller au bout...Oui, je cause bien de mes fantasmes, je suis pas lâche, c'est pire, j'ose pas imaginer une relation sexuelle avec un mec, alors quant à la vivre...Je vais crever puceau je sens.
    

▬ " Désolé pour tes rêves chéri"».

Le surnom revient, presque malgré moi, et en même temps il sonne tellement bien, plus moqueur qu'autre chose, j'ai beau fantasmer sur Aidan il ne m'attire pas vraiment, pas c'est....Etrange comme sentiment, mais je n'ai pas d'illusions sur le fait que je ne veux être que son ami. Cela dit ses confessions me tirent un regard étonné, je  cherche un instant la réponse adéquate et finalement je me contente de sourire un peu, j'ai pas grand chose à dire pour l'aider, les relations humaines c'est pas mon fort alors une histoire d'amour, surtout avec un mec, ça me dépasse un peu.
    

▬ "Bon...Sans jugement aucun, comme promis... Si tu veux je te donne des conseils....Par contre je serais toi je ferais tout le contraire de ce que je te dit....C'est moins risqué, si tu comptes que le jeune homme en question continue de t'adresser la parole en tout cas. "».

Il change de sujet en parlant de ma nouvelle carrure d'athlète (modestie incluse) et je hausse les épaules, je n'ai pas tellement fait attention aux changements physiques, d'abord on manque de miroirs, ça n'aide pas, et puis surtout c'était pas tellement le but, et, enfin, j'ai tellement de boulot coté mental que le changement physique passe un peu à la trappe, le sport c'est un moyen de me vider l'esprit, pas une fin en soi.
    

▬ " Les mauvaise herbe ça résiste à tout et ça s'épanouit dans la merde ambiante.....Avec toute cette agitation au campement et cette tension dans l'air le sport me vide l'esprit.... Et pis j'ai un ami qui m’entraîne...... Et j'ai pas assez d'amis pour lui faire faux bond. "».

Des amis, deux amis plus Amy, je deviens populaire, non ? Je souris légèrement à cette idée, parce qu'elle est absurde et réconfortante, parce qu'elle n'est peut être pas si absurde que je l'aurais cru un mois plus tôt. Bien sur ces amitiés sont encore fragiles, je marche sur des oeufs, je dois saouler Logan à force de remerciements que je m'efforce, en vain, de refréner, j'ai l'impression de n'en être pas digne, mais cela viendra, si je fais semblant assez longtemps peut être que je finirais par y croire.







Invité
Invité
Anonymous

When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan) Empty Re: When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan)

le Sam 4 Juil 2015 - 8:59

E  lle a mit un peu de temps à sortir mais j'ai finis par cracher le morceau, la fameuse révélation, pas besoin de tout expliquer ni les pointer du doigt en dénonçant les protagonistes responsables de cette fichu histoire. J'pensais que ta réaction pouvait me provoquer un excès de colère, mais nan, c'est étrange mais tu sembles pas vraiment choqué. Euuh... Y'avait marqué paon gay sur mon front depuis le début ou pas? J'commence à me demander vu ta réaction ou celle de Solel. C'qui est cool? C'est que je suis le seul à me prendre la tête avec ça, vous les gas vous semblez l'accepter bien mieux que moi. Strange right? Vous étiez pas censé me juger? Hum... apparemment non. Je te détaille du regard non sans appréhender la suite quand tu me proposes tes conseils avec humour. Ptain pour une fois que je me suis pas planté, t'es bel et bien ce gas sympa qui se cachait derrière sa mauvaise humeur. T'sais quoi? J'suis pas seulement content d'avoir titillé la bête pour faire sortir le coeur sous la couche de glace, mais content d'avoir trouvé quelqu'un a qui parler et qui semble me comprendre. Mes yeux se plissent pour former deux amandes et je siffle entre mes dents en agitant la tête de gauche à droite faisant écho avec mon regard répprobateur.   « -nan.. qu'ils aillent se faire foutre ces connard!» répondais je au tac ou tac. Pas envie d'essayer, pas envie de me ramasser une seconde fois sans oublier l'humiliation caressant la plaie ouverte d'un coeur brisé. Je rend les armes! Moon' me détend (entre rire et alcool qui dit mieux?) me fait oublier ce que je vis en pouvant rester moi même et toi j'peux te parler ouvertement en ayant la sensation d'être compris et accepté, ça devrait me suffire, me contenter de ce qu'on à de bien. Mes yeux se ferment un instant ne sachant comment te remercier, parce que fait bien avouer que je me suis souvent comporté comme un sale con avec toi right? Bon t'étais pas blanc comme neige non plus, mais c'est pas le moment de faire des reproches pas vrai?   « -pauvre de toi, t'as hérité d'un sacré lot! Tu vas pouvoir supporter ça?» lâchais je sur un ton amusé avant d'ajouter plus sérieusement. « -Ton coach sportif semble avoir plus de talent» mais pourquoi je suis obligé de faire ça? Laisser mon regard dériver sur ton corps musclé en agitant les sourcils dans une cadence rapide? Parce que ça fait partie du personnage... c'est devenu automatique, mais oublies pas mon cher Aidan, ton numéro de charme constant peut t'attirer des emmerdes tu sais? Enfin au point ou j'en suis, je vais juste essayer de pas tout bousiller entre nous et ça devrait le faire pas vrai? Et puis après tout tu m'as bien embrassé la dernière fois, tu vas pas me cracher au visage pour cette petite provocation douteuse... enfin j'espère, ce serait con de tout ruiner alors qu'on s'entend bien.
Invité
Invité
Anonymous

When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan) Empty Re: When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan)

le Mer 5 Aoû 2015 - 12:51



Aidan & Raph
Michelle Goodrich wrote :"I'm sorry' won't fix what's been broken.  It can't reverse time or undo the damage or change anything that happened"

J
e souris quand il refuse mes conseils. Il ne refuse pas tant mes conseils que toute idée de faire un pas vers cet homme qui l'attire mais c'est un détail, et puis ce genre de réponse ressemble assez au Aidan que je connais et....Et que j'apprécie.....Je crois....Enfin je sais pas....Merde me voilà bien parti, je sais même pas exactement ce qu'on est, amis ? J'ai envie de le croire mais avec tout ce qui s'est passé sans compter sur une certaine alchimie indéniable.....Mes pensées s'enflamment quand je repense au baiser et son jeu de sourcil en parlant de mon coach n'aide pas. Je rougis comme une midinette et grimace en me retournant pour camoufler mon trouble (enfin pour essayer, je doute que ce soit très efficace mais c'est un détail.)
Toujours pour camoufler mon trouble et faire genre je m'accepte, je t'accepte être gay c'est le pied, comme si j'y croyais vraiment, comme si j'aurais pas été paralysé par un nouveau baiser, comme si j'étais pas terrifié à l'idée d'être gay et de  tout ce que ça implique, comme si je pouvais m'imaginer un jour dans les bras d'un homme....Bref je joue la comédie, comme d'habitude, mais une comédie moins destructrice que celle que je jouais avant donc on progresse, non ?
    

▬ "C'était pas le but mais ravi que tu me trouves si sexy"».

Je souris légèrement, l'entrainement me permet aussi d'apprivoiser mon corps, même si le but premier est de me vider la tête quand les pensées sont trop présentes. Ca m'a permis de réfléchir, rien ne permet de réfléchir comme l'adrénaline d'un combat et la fatigue saine d'un entrainement.

    

▬ " C'est con qu'on se soit pas rencontrés avant....J'crois qu'on s'est tous les deux pas mal amochés en tentant d'être ce qu'on était pas..... J'suis pas encore sur de pouvoir l'assumer.  Mais l'entrainement avec Logan m'aide, ça chasse mes démons."».

Mon démon, mon paternel, adoptif certes mais c'est un détail. Depuis que je m’entraîne j'ai moins de crises d'angoisse, je sais mieux les gérer, elles me blessent moins. Bon une bonne psychothérapie ne serait pas du luxe, une qui dure une bonne centaine d'années, au bas mot, mais l'effort physique aide. Ca et avoir décidé que je voulais vivre. Ca empêche pas le barbu là haut de me torturer mais comme je réagis différemment je le vis moins mal. Je crois que je commence à réaliser qu'au fond je me suis fait plus de mal que mon paternel n'aurait jamais réussi à m'en faire. Je suis mon pire ennemi, mon plus acerbe tortionnaire. Le paternel n'a pas été en reste et sans lui rien ne serait sans doute arrivé, mais j'ai repris le flambeau très tôt, lui donnant une importance qu'il n'aurait pu gagner seul. Je me suis comporté comme un imbécile, en d'autres termes.




Invité
Invité
Anonymous

When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan) Empty Re: When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan)

le Jeu 13 Aoû 2015 - 20:33

Bien que tu tentes de camoufler les rougeurs naissantes sur ton visage je ne peux réprimer le sourire amusé qui fend mon visage après l'avoir remarqué. Ce n'est pas par manque d'envie que je me prive de faire un commentaire sur le sujet mais par soucis de préserver la paix entre nous. Me contentant de sourire à ta réponse maladroite, probablement une façon de la jouer insensible. Je veux bien te donner la sensation de m'avoir trompé sur la question parce que je suis bon joueur et surtout parce que je ne voudrais pas gâcher ce début d'amitié, de nos jours les amis se font rares et les alliances finissent trop souvent en guerrilla.      « -t'as tout compris chaton!» répondais je sur un ton amusé non sans y scotcher mon sourire charmeur. ça fait partie de l'image que je renvoie n'est ce pas? Mais à force de jouer à des jeux dangereux on se brûle les ailes et ça tu devrais le savoir Hellingway! Mes yeux se plissent aux propos qui s'échappent soudainement de tes lèvres, si j'incline le visage c'est pour mieux te dévisager. Que veux tu dire par avant? La haut? Je recompose ta phrase et commence à me demander si tout ça est un jeu, une sorte de rituel inévitable entre nous ou si cela sous entend d'autres choses. Mais moi et les relations... ça fait deux... Je lève ma main battant dans les airs de haut en bas   « -eh oh doucement hein, j'ai dit que j'acceptais la chose pas que je comptais me promener dans tout le campement main dans la main avec un type!» je secouais la tête de gauche à droite avant d'ajouter d'un ton plus sérieux entrant dans la confidence « -si tu m'avais connu la haut on en serait à deux secrets sur moi, un c'est suffisant, faut pas croire j'suis du genre méfiant!» mon épaule vient cogner doucement contre la tienne et je ponctue le tout par mon sourire ravageur et un clin d'oeil. Mon regard dérive lentement sur le ruisseau avant qu'un soupire de soulagement ne franchisse mes lèvres. Si la confidence soulageait le poids sur ma poitrine, le fait qu'il ressente? Comprenne? La situation qui m'avait tant pesé était une véritable bénédiction, comme si je pouvais tout lui dire sans qu'il ne juge ni reste dans l'incompréhension. Je finis par me laisser tomber le dos dans l'herbe, fermant les yeux et appréciant la douce caresse du soleil sur la peau de mon visage.   « -on a tous nos démons à chasser...» mes paupières s'entrouvrent lentement  et je pose mon regard sur toi « -j'suis content que t'ai trouvé la façon de le faire...»  soupirais je abandonnant le sourire du dragueur à deux balles pour le troquer contre un plus doux, plus sincère...
Invité
Invité
Anonymous

When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan) Empty Re: When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan)

le Jeu 27 Aoû 2015 - 19:39



Aidan & Raph
Michelle Goodrich wrote :"I'm sorry' won't fix what's been broken.  It can't reverse time or undo the damage or change anything that happened"

I
l ne réagit pas à mon rougissement, je ne dis rien mais j'apprécie, après tout je suis encore très mal à l'aise avec tout ça, l'idée qu'il me trouve sexy me met mal à l'aise, le fait que cela ne me déplaise pas totalement me dérange encore, je commence à m'accepter mais ce ne sera pas évident, je devine que le trajet sera long pour revenir de cette antre de haine et de colère où j'ai laissé mon paternel m’entraîner.

La confidence d'Aidan sur son second secret me fait sourire, nous voilà à égalité donc, un secret dévoilé chacun, le même en plus et un autre encore mystérieux chacun. Je ne pose pas de questions, ça ne se fait pas, je crois, et puis de toute façon notre amitié est un peu trop nouvelle et fragile pour aller réclamer des confidences.

    

▬ "Tu en aurais su autant sur moi, on aurait été quittes...Et peut être qu'on aurait pu être amis, ou alors on se serait détesté...Je détestais tout le monde à l'époque....  Va savoir."».

Il laisse le soleil caresser son visage et je l'imite, découvrant des joies simples dont j'ignorais l'existence, je me surprends à sourire sans raison parfois, juste à cause du parfum transporté par le vent ou parce que j'entends quelqu'un chanter. Je me surprends parce que sourire à la base c'est pas vraiment mon point fort. Allongé là, les yeux clos, perdu dans mes pensées, à coté d'un ami, je me surprends à penser que la vie n'est peut être pas totalement un calvaire et qu'il est possible qu'elle vaille la peine d'être vécue, je me surprends à apprécier le fait que je ne me sois pas suicidé, à regretter d'avoir frappé ce blondinet qui m'avait sauvé la vie à l'époque, sans le vouloir. Je me surprends à être bien.

    

▬ "J'ai encore du travail pour chasser mes démons....J'en ai plus que je ne le voudrais....Et j'en ai créé pas mal en plus, ce qui les rend particulièrement sournois et résistants..... J'espère que ça s'arrangera, ton histoire de cœur. D'une façon ou d'une autre."».

S'il parvient à pleinement l'accepter peut être que moi aussi je pourrais, un jour, qui sait, je laisse la place à une petite étincelle d'espoir, toute ridicule, la première depuis bien longtemps que je n'étouffe pas dans l'oeuf.

Allongé là, le soleil sur mon visage, Aidan à coté de moi partageant une conversation censée, intéressante et amicale, je me sens bien, pas heureux, pas vraiment mais bien. Ou peut être que c'est ça être heureux et que je ne suis même pas capable de le reconnaître tellement c'est loin de tout ce que je connais....Si je trouvais le bonheur le verrais-je avant qu'il ne me passe sous le nez ? Peut être est-il déjà passé sans que je réagisse ?







Contenu sponsorisé

When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan) Empty Re: When you say I'm sorry, you free two souls. (Aidan)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum